Joseph Yvon Thériault

Professeur, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal

Joseph Yvon Thériault est un universitaire reconnu pour ses études sur les enjeux de la mémoire et des identités collectives dans les sociétés traversées par l’individualisme démocratique, avec un intérêt particulier pour les francophonies d’Amérique (Acadie, Québec, francophonie canadienne). Professeur de sociologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), il a été titulaire de la Chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie (UQAM 2008-2015).

Joseph Yvon Thériault est notamment l’auteur de Critique de l’américanité : mémoire et démocratie au Québec (2002, Prix de la Présidence de l’Assemblée nationale du Québec, Prix Richard Arès). Il vient de publier Évangéline : contes d’Amérique (2013, Prix Éthier Blais et finaliste, Prix du Gouverneur général). Il publie des textes dans les journaux et participe régulièrement à des émissions d’affaires publiques portant sur les enjeux de la mémoire et de l’identité.

 

Théorie ou pragmatique de la laïcité?

La Commission Bouchard-Taylor eut des suites paradoxales. Rares sont les commissions d’enquête ou les rapports gouvernementaux qui eurent un tel retentissement dans le monde académique. Dans les débats occidentaux sur la diversité religieuse, le rapport de la Commission est devenu une référence incontournable. Et pourtant le rapport de la Commission a peine à faire son chemin au Québec. Après dix ans elle a accouché d’un timide projet de loi. Quelles sont les raisons de ce paradoxe? Au-delà des personnalités des commissaires (d’éminents universitaires), il faut voir que le rapport de la Commission voulait élaborer une théorie normative de laïcité. Tout aurait été différent si l’option avait été de développer une pragmatique de la laïcité.

Ce contenu a été mis à jour le 23 août 2017 à 12 h 36 min.