François Boucher

Chercheur postdoctoral en philosophie politique, Centre for Ethics, Social and Political Philosophy, KU Leuven

François Boucher est un chercheur postdoctoral en philosophie politique au CRIDAQ / GRSP / CREQC. Il s’intéresse principalement aux enjeux éthiques et politiques liés à la diversité et au pluralisme dans les sociétés démocratiques. Ses travaux portent notamment sur les théories normatives de laïcité et de la liberté de religion. Il a complété son doctorat à l’Université Queen’s (Kingston, CA). Sa thèse de doctorat, intitulée Open Secularism and the New Religious Pluralism, explore de manière critique différents modèles d’aménagement de la diversité religieuse et défend une conception ouverte de la laïcité inspirée de l’expérience québécoise. Il a récemment publié les articles/chapitres suivants:
(Avec Cécile Laborde) « Why Tolerate Conscience? », Symposium sur Brian Leiter, Why Tolerate Religion? , Criminal Law and Philosophy, 2016, 10/3, 493-514 ; «Exemptions to the Law, Freedom of Religion and Freedom of Conscience in Postsecular Societies», Philosophy and Public Issues, 3/2 (2013), 159-200.

 

L’État québécois et les défis de la diversité: mutation des repères culturels et identitaires

Les années 1970 ont vu les États occidentaux proposer des modèles novateurs en vue de répondre aux défis posés par la diversité ethnoculturelle, en mettant de l’avant des politiques pouvant favoriser la reconnaissance des identités culturelles, ethniques, religieuses, nationales et raciales et en posant des gestes concrets en vue de répondre favorablement aux revendications formulées par les minorités. Ce moment identitaire a été suivi d’une période de tensions surtout à partir des années 2000, qui ne semblent pas vouloir s’estomper. La communication entend explorer les liens existants entre trois phénomènes : 1)l’inquiétude formulée par les populations établies de voir des vagues d’immigrants profiter des largesses de l’État social auquel elles n’auraient pas contribué; (2) une insécurité due à la conjoncture économique et politique internationale dont les conséquences sont encore mal évaluées; (3) la perception d’un retour du religieux dans la sphère publique, associée à l’expression d’identités religieuses nouvelles, nourrissant la crainte d’un recul des institutions laïques et aussi, paradoxalement, d’une perte de légitimité des symboles religieux majoritaires.

Ce contenu a été mis à jour le 2 octobre 2017 à 18 h 46 min.